L’énergie éolienne dans les programmes scolaires

21/03/2018 | La concertation

Le mois dernier, notre société Eoliennes en Mer Iles d’Yeu et de Noirmoutier (EMYN) est allée à la rencontre des élèves du collège Notre Dame du Port sur l’Ile d’Yeu pour leur présenter le projet de parc éolien en mer. A cette occasion, Anne-José Drouet-Barré, Proviseure de l’établissement, a répondu à quelques unes de nos questions.

Pourquoi avoir sollicité EMYN pour venir dans votre établissement ?

Nous souhaitions tenir les élèves informés du projet au large de l’Ile d’Yeu : qu’ils connaissent ce qui va se construire, au niveau technique et environnemental, ainsi que les métiers qui peuvent graviter autour de l’éolien, etc. Cela fait partie de leur avenir et c’est important dans une perspective professionnelle. Par ailleurs, nous travaillons cette année sur la biodiversité et les énergies renouvelables : ces thèmes ont été abordés en cours de Sciences de la Vie et de la Terre et de Technologie avec les 4èmes et les 3èmes.

Quelles sont les questions posées par les élèves ?

Il y a beaucoup d’interrogations sur le pourquoi des éoliennes au large de l’Ile d’Yeu. Nos élèves sont très attachés à leur territoire et se sont dits que cela changerait leur environnement proche ainsi que le paysage. Il y a ce qu’ils entendent chez eux – du pour comme du contre – et les questions qu’ils se posent sur le fonctionnement des éoliennes : pourquoi les met-on, quel est leur apport à long terme, quelles sont les formations et métiers possibles en lien avec cette technologie etc.

Ont-ils un intérêt pour le sujet ?

Oui, c’est une vraie préoccupation, car nos jeunes sont très attachés à leur île et ont conscience du besoin de préserver ce milieu à part, cette vie insulaire. Pour les formations et métiers, la question se pose directement car ils doivent quitter l’Ile d’Yeu en fin de 3ème. Partir au lycée sur le continent est un gros changement : il y a une petite pression, ils se disent « il ne faut pas que je me trompe, je dois choisir la bonne filière, les bonnes études ». Il y aussi ceux qui veulent faire des études mais revenir travailler sur l’Ile. A travers la présentation qui leur a été faite, ils ont compris que la construction d’un parc pouvait être une opportunité pour travailler en local et rester sur leur territoire.

Quel regard portent-ils sur les énergies renouvelables ?

C’est une grande notion qu’ils ont en tête. Les élèves savent qu’ils vivent sur un territoire protégé avec un paysage particulier. Une intervention comme celle-ci leur fait prendre conscience qu’il faut faire attention à la planète, que les énergies renouvelables sont une solution d’avenir, et les amène à questionner l’impact de leur vie au quotidien (celui de l’utilisation d’une voiture par exemple).

A titre personnel, quel lien faites-vous entre les énergies renouvelables et la jeunesse ?

Ce sont eux les adultes et acteurs de demain : ils sont en fin de collège, et c’est à nous de leur apporter l’information qui va leur permettre de se faire une idée sur les énergies renouvelables. Nous agissons au quotidien à notre petit niveau, mais eux peuvent initier de nouvelles choses : ils seront les créateurs de métiers qui n’existent pas encore. C’est pourquoi il faut qu’ils aient toutes les informations possibles sur ces énergies, cela a tout son sens sur notre territoire.

Pin It on Pinterest

Share This