Quelle collaboration entre l’éolien en mer et la pêche professionnelle ?

23/02/2016 | La pêche, Les actus et l'édito

Entretien avec José Jouneau, président du Comité Régional des Pêches et des Elevages Marins (COREPEM) des Pays de la Loire.

Photo illustrant la collaboration entre l’éolien en mer et la pêche professionnelle

José Jouneau, comment le COREPEM travaille-t-il avec Eoliennes en Mer Iles d’Yeu et de Noirmoutier (EMYN) pour développer le projet de parc éolien en mer des îles d’Yeu et de Noirmoutier ?

Il existe aujourd’hui un groupe de travail « pêche » mis en place et co-présidé par les services de l’Etat et le Comité Régional des pêches. Cet espace de discussion est une chance car il n’en existe pas pour tous les projets. Y participent à la fois l’Administration, les développeurs du projet de parc éolien en mer des îles d’Yeu et de Noirmoutier et les pêcheurs de la zone, principalement en provenance de l’île d’Yeu et de Noirmoutier mais aussi de Saint-Gilles Croix de Vie.

Ce groupe de travail nous permet d’anticiper les étapes du projet avec EMYN, le gestionnaire de réseau RTE, etc., et de faire valoir notre point de vue et nos activités.

De leur côté, les pêcheurs apportent leur expertise : certains participants pratiquent seulement la pêche au casier, d’autres la pêche au filet… et tous n’ont donc pas les mêmes attentes ni les mêmes besoins. Les développeurs du projet de parc éolien en mer acquièrent ainsi de la connaissance sur les pratiques de pêche au sein de la zone pour anticiper les mesures qu’ils adopteront.

Ce groupe de travail est un groupe assez informel qui nous permet ensuite de présenter des positions cohérentes et constructives lors des autres groupes de travail de l’Instance de Suivi et de Concertation. Avant tout, il nous permet de créer un lien humain entre tous les acteurs concernés, ce qui facilite le débat sur des sujets parfois polémiques.

Sur quels sujets en particulier avez-vous travaillé avec EMYN jusqu’ici ? 

Jusqu’à présent, nous avons collaboré avec les développeurs du projet pour discuter de l’implantation des éoliennes dans la zone et du tracé des câbles qui connectent les éoliennes entre elles. Pour EMYN, c’est important de connaître le point de vue des professionnels du secteur pour comprendre les enjeux du projet liés à la pêche et aux différents usages maritimes dans la zone.

Photo de Raphaël Tilot, Directeur de Éoliennes en mer Iles d'Yeu et de Noirmoutier, et José Jouneau, Président du COREPEM, signant la convention de partenariat le 14 janvier 2016

Vous avez signé une convention avec Eoliennes en Mer Iles d’Yeu et de Noirmoutier : quels sont les principaux axes de cette collaboration? 

Nous échangeons avec EMYN depuis mai 2014. Il n’a pas toujours été simple de trouver les bons termes pour élaborer cette convention, mais nous avons finalement réussi à faire émerger un bon compromis.

Il s’agit d’une convention signée pour un an, qui nous permettra désormais de travailler aux côtés des développeurs du projet tout en respectant un cadre de confidentialité. Cette convention, qui est en quelque sorte une charte de bonne conduite entre le groupement et le Comité des pêches, nous donne une légitimité à travailler ensemble.

Nous allons notamment poursuivre avec EMYN diverses études dans les domaines qui nous incombent (ressources halieutiques, étude socio-économique sur la pêche…). Nous allons travailler en collaboration sur l’architecture du parc éolien et sur les modalités de travail au sein du parc, etc. Tous ces sujets ne font pas forcément l’unanimité. La convention encadre les débats.

Crédits photos : Photo 1 – Copyright COREPM ; Photo 2 – Copyright EMYN

Pin It on Pinterest

Share This