Les Pays de la Loire forment les futurs techniciens de maintenance des éoliennes

04/12/2015 | La filière industrielle, Les actus et l'édito

Le  Greta du Maine, Eoliennes en Mer Iles d’Yeu et de Noirmoutier et Adwen travaillent ensemble autour du développement des filières de professionnalisation et de formation continue de l’éolien en mer. Entretien avec Philippe Jaminion, responsable formation au sein du GRETA du Maine, en charge du secteur industriel.

Philippe Jaminion, quelles sont votre fonction et vos missions au sein du Greta du Maine ?

Photo de Philippe Jaminion, Responsable formation au sein du GRETA du Maine, en charge du secteur industrielLe GRETA est le service public de formation d’adultes de l’Education Nationale, à vocation polyvalente : nous travaillons aussi bien dans le champ de l’industrie que dans les services, par exemple. Nous élaborons des solutions de formation visant à élever les niveaux de qualification, à sécuriser les parcours professionnels et à favoriser l’insertion professionnelle des salariés et des demandeurs d’emploi.

Pendant 25 ans, j’ai enseigné dans le domaine de la plasturgie. A présent, je suis conseiller en formation continue au sein du GRETA dans le secteur industriel, et notamment dans celui des énergies renouvelables (dont l’éolien).

Ma mission est d’être à l’écoute à la fois des commanditaires de formation (le Conseil Régional notamment pour les demandeurs d’emploi) et des entreprises qui présentent un besoin de qualification et de formation de leurs personnels. Je pilote  entre autres la formation de « Technicien de maintenance en parc éolien » proposée par le GRETA.

Depuis quand et pourquoi le Greta du Maine s’est-il positionné sur les formations à la maintenance éolienne et en particulier l’éolien en mer ?

Nous avons commencé à nous intéresser à la filière de l’éolien dès 2009, au moment où des acteurs économiques et de l’emploi du bassin du Mans ont envisagé l’éolien (terrestre dans un premier temps) comme étant une opportunité de reconversion de demandeurs d’emploi issus du secteur automobile.

Est très vite apparu alors un besoin de formations pour les personnes, appelées à occuper des postes de maintenance des éoliennes. Le GRETA a  envoyé 10 formateurs  se former en Allemagne afin d’obtenir une certification qualité pour l’ensemble de sa formation labellisée BZEE. Le label BZEE et la certification internationale  GWO (obtenue en 2014), tous deux reconnus par les acteurs de la filière, nous permettent de garantir des formations de qualité répondant aux besoins des professionnels de l’éolien.

Grâce aux investissements des collectivités locales, de la Région et d’autres partenaires financiers, le GRETA s’est équipé de nacelles, de pales, de turbines et d’un demi-mât d’éolienne disposant d’une plateforme pédagogique pour l’activité « travail en hauteur ». Ce sont des supports indispensables à la formation.

La première promotion du module de formation « technicien de maintenance en parc éolien » a vu le jour en janvier 2010. Depuis, nous avons formé en 12 groupes, 207 techniciens.

C’est avec le lancement des appels d’offres nationaux sur l’éolien en mer que le Greta s’est investi dans l’éolien en mer. Nous avons signé des partenariats avec tous les candidats aux appels d’offres. Nous avons ensuite entamé un travail d’analyse pour prendre en compte toutes les qualifications nécessaires à l’entrée des techniciens dans ce nouveau secteur. Souvent, ce sont des techniciens bénéficiant de quelques années dans l’éolien terrestre qui se tournent vers le maritime.

Quels liens existent entre le Greta du Maine et le consortium Eoliennes en Mer Iles d’Yeu et de Noirmoutier / Adwen ?

Nous sommes en lien permanent avec la société Eoliennes en Mer Iles d’Yeu et de Noirmoutier et avec Adwen pour être prêts le jour où le besoin en techniciens de maintenance se concrétisera.

Nous avons signé une lettre d’intention avec eux dès 2013.

Ils ont toujours eu le souci de l’acceptabilité du projet. Avec eux, nous voulons montrer que le projet ne consiste pas seulement à implanter des éoliennes mais à développer toute une activité économique. Le parc éolien mobilisera des emplois en mer et à terre qui seront accessibles aux iliens et aux techniciens de maintenance que nous formons. Nous travaillons donc aux côtés d’EMYN et d’Adwen pour présenter les qualifications nécessaires pour occuper ces emplois.

Nous sommes venus pour la première fois sur l’île d’Yeu au début de 2015 pour présenter avec EMYN et Adwen le projet et les formations disponibles, à l’occasion d’un Forum des métiers de l’éolien.

Photo prise pour représenter le lien qui existe entre le Greta du Maine et le consortium Eoliennes en Mer Iles d’Yeu et de Noirmoutier / Adwen

Quelles sont les prochaines étapes de cette collaboration ?

A mesure que le projet se développera, nous devrons faire évoluer nos formations pour permettre aux techniciens d’acquérir de nouvelles compétences. Nous voulons professionnaliser et former les acteurs tout au long de la vie.

En association avec Patrice Dupuis, responsable de la licence professionnelle Chef d’Opération & Maintenance en éolien Offshore (COMO) de l’IUT de Saint-Nazaire, nous souhaitons créer un répertoire des besoins du secteur de l’éolien en termes de compétences. Nous voulons identifier tous les métiers et faire en sorte que les gens puissent s’orienter et s’engager dans leurs projets de reconversion ou de qualification.

Nous renouvellerons également notre participation à des Forums des métiers, comme ceux qui ont eu lieu en novembre 2015 sur l’île d’Yeu et à Noirmoutier.

Crédit photos : Copyright Greta du Maine

Pin It on Pinterest

Share This