Les avancées du projet Eoliennes en Mer des Iles d’Yeu et de Noirmoutier

04/12/2015 | Le projet, Les actus et l'édito

Après le débat public, voici un point d’avancement des études du projet :

  • La mise à l’eau d’un LiDAR flottant [1]: En mai 2015, la société Eoliennes en Mer Iles d’Yeu et de Noirmoutier (EMYN) a installé un LiDAR flottant sur la zone du projet. Ce LiDAR est un appareil qui mesure à distance de la ressource en vent a été installé sur la zone afin d’estimer au plus près la future production annuelle du parc. Ce dispositif vient compléter les autres campagnes de mesures de vent réalisées en parallèle, issues d’un mât de mesure et de deux LiDAR installés à terre (sur Yeu et Noirmoutier).
  • La poursuite des études environnementales : elles sont réalisées sur chaque compartiment biologique afin de participer à l’élaboration de l’étude d’impact sur l’environnement, et portent notamment sur :
    la ressource halieutique réalisées avec les professionnels de la pêche (COREPEM[2] Pays de la Loire), via des campagnes filets, casiers et bongo ;
    les oiseaux (avifaune) notamment via des campagnes d’observation et d’inventaire en mer par bateau et avion, mais aussi depuis la côte. Ces campagnes sont réalisées en partenariat avec le réseau Périscope (Bretagne Vivante, LPO 44, LPO 85) ;
    les mammifères marins, tortues marines et grands pélagiques via des campagnes d’observation et d’inventaire en mer par bateau et avion, mutualisées avec celles de l’avifaune ;
    les chauves-souris (chiroptères) par suivis acoustiques en mer et depuis la côte ;
    les habitats benthiques via des campagnes sur substrats durs et sur substrats meubles puis analyses en laboratoire. Ces campagnes permettront également d’évaluer la qualité de l’eau ;
    l’acoustique sous-marine et aérienne par l’installation d’hydrophones en mer et de phonomètres à terre ;
    le paysage et le patrimoine grâce à une analyse paysagère poussée, entre autre à l’aide de photomontages ;
    l’hydrodynamisme, la dynamique hydrosédimentaire et la géomorphologie grâce à des données bibliographiques et de terrain ainsi que des modélisations numériques.
  • Une étude sur l’emploi social local : le 3 juillet 2015, EMYN a rendu à l’Etat une note sur le développement social lié au projet. Il s’agit de la première note prévue par le cahier des charges de l’appel d’offres. Ce document présente la méthode et les outils mis en place pour répondre à l’objectif fixé dans la réponse à l’appel d’offres, de confier 2 à 5% du volume d’heures travaillées à des personnes éloignées de l’emploi. Ces objectifs concernent principalement les phases de construction et d’installation du parc.
  • Les études d’ingénierie conceptuelle (en cours) : à partir des études de vent, météo-océaniques et de sol, l’ingénierie conceptuelle du projet, en cours de définition, va permettre d’identifier, d’étudier puis de retenir les solutions techniques pour les différents éléments constitutifs du parc (fondations, câbles, poste de livraison en mer). Ces études ont commencé en juin 2015 et se prolongeront jusqu’à juin 2016.
Photo prise lors de la mise à l’eau du LiDAR flottant

Légende de la photo : Mise à l’eau du LiDAR flottant

[1] LiDAR : light detection and ranging, ou télédétection par lasar
[2] Comité Régional des Pêches et des Elevages Marins

Crédit photo : Copyright EMYN

Pin It on Pinterest

Share This