Focus – L’abandon des anodes sacrificielles pour protéger les fondations

21/03/2018 | La concertation, Le projet

En mars 2018, Eoliennes en Mer îles d’Yeu et de Noirmoutier (EMYN) a annoncé faire le choix d’une protection des fondations par “courant imposé” pour éviter le rejet de métaux dans l’environnement.

Qu’est-ce qu’une protection cathodique ?

La corrosion est un phénomène naturel qui entraîne la dégradation des structures métalliques immergées dans l’eau. Afin de protéger ces structures métalliques de la corrosion, une solution dite de « protection cathodique » doit être adoptée.

Deux grands types de protection cathodique existent :

  • Une protection par anodes sacrificielles ;
  • Une protection par anodes par courant imposé.

Ces deux modes de protection sont  déjà largement utilisés sur les structures immergées : coques des bateaux, structures métalliques portuaires ou encore fondations pétrolières, gazières ou de parcs éoliens en mer. Ainsi la liaison électrique sous-marine reliant l’île d’Yeu au continent est par exemple équipée d’une protection cathodique par courant imposé.

Crédits : Heos Marine

Le changement de protection cathodique du parc éolien en mer des îles d’Yeu et de Noirmoutier

La protection cathodique des fondations du parc éolien en mer des îles d’Yeu et de Noirmoutier envisagée jusqu’ici consistait à placer des anodes dites « sacrificielles » – majoritairement composées d’aluminium – sur les fondations “jacket” en treillis métalliques. En effet, la dissolution des anodes sacrificielles dans l’eau permet par réaction chimique de protéger les parties métalliques des fondations.

Si les anodes sacrificielles, dont l’impact sur l’environnement est faible et maîtrisé, sont une technologie éprouvée et largement répandue, la concertation avec le grand public et les associations environnementales a amené Eoliennes en Mer Iles d’Yeu et de Noirmoutier (EMYN) à lui préférer un système de protection par courant imposé qui permet d’éviter le rejet de métaux dans l’environnement.

Cette protection consiste en l’installation d’anodes faites de titane qui reçoivent un très faible courant électrique permettant, par réaction chimique, de protéger la structure de la corrosion. Le système est raccordé à l’éolienne et des câbles parcourent la fondation afin de transporter l’électricité jusqu’aux anodes.

De l’électricité dans l’eau ?

Pour fonctionner, le système de protection cathodique par courant imposé utilise une tension de 6 Volts soit l’ordre de grandeur d’une pile de type AA vendue dans le commerce. Le champ magnétique induit par cette technique est très faible et donc sans danger pour la faune et la flore marine qui pourraient coloniser les fondations.

Les analyses techniques approfondies réalisées ces derniers mois ont permis à EMYN de confirmer la fiabilité technique de cette méthode innovante dans l’industrie éolienne en mer. Le parc éolien en mer des îles d’Yeu et de Noirmoutier sera ainsi le premier en France – avec celui de Dieppe – Le Tréport – à être équipé de fondations “jacket” protégées par courant imposé.

Ce changement de technologie constitue une avancée importante pour EMYN, puisqu’il permet de répondre à une demande citoyenne exprimée à l’occasion des différents moments de concertation autour du projet.

EMYN fait le choix d’une protection des fondations par “courant imposé” pour éviter le rejet de métaux dans l’environnement

Pin It on Pinterest

Share This