Focus – Le développement d’une nouvelle filière industrielle en France

12/02/2018 | La filière industrielle

Accueil » Focus – Le développement d’une nouvelle filière industrielle en France

Les deux appels d’offres « éolien en mer » lancés par l’Etat français en 2011 et 2013 visaient non-seulement à contribuer à la transition énergétique mais également à développer une filière industrielle nationale de l’éolien en mer, créatrice d’emplois.

Crédits : Siemens Gamesa

1500 emplois directs

Le projet éolien en mer des îles d’Yeu et de Noirmoutier prévoit la mobilisation de 1500 emplois en France pour les phases de construction et d’installation des différents éléments du parc :

  • La moitié de ces emplois correspond à ceux nécessaires à la fabrication des éoliennes dans les usines que Siemens-Gamesa construira au Havre ;
  • L’autre moitié correspond à la fabrication et l’installation des autres grands composants du parc éolien (sous-station électrique en mer, câbles inter-éoliennes, fondations des éoliennes).

Des retombées socio-économiques étalées dans le temps

EMYN travaille aux côtés des acteurs économiques des Pays de la Loire pour identifier les entreprises locales qui pourraient devenir fournisseurs du projet éolien en mer.

Les trois grandes phases du projet génèreront en effet des retombées économiques pour le territoire :

La phase de développement

En phase de développement, le porteur de projet améliore sa connaissance de la zone dans laquelle il implantera le parc éolien (ses caractéristiques, son environnement, etc) afin de dimensionner les différents éléments du projet. Pour cela, il réalise des études approfondies et échange avec les usagers maritimes et la population locale.

Depuis 2014, dans ces domaines d’expertise (études techniques et environnementales, logistique et concertation), EMYN a fait appel à plusieurs entreprises françaises et notamment ligériennes. Dans cette phase de développement, les premiers contrats mis en œuvre dans le cadre du projet de parc éolien en mer des îles d’Yeu et de Noirmoutier ont d’ores et déjà profité à 22 entreprises ligériennes dont 11 localisées en Vendée.

 

La phase de construction et d’installation

Pour cette phase fortement créatrice d’emplois, EMYN cherche à identifier et à sélectionner les potentiels fournisseurs des grands « lots » du futur parc éolien en mer (qui correspondent à la production et à l’installation des différents éléments du parc).

Afin de favoriser les retombées locales en phase de construction, EMYN s’attache dès à présent à :

  • Identifier sur le territoire des entreprises qui pourraient se placer en rang 2 ou 3 dans la chaîne d’approvisionnement du projet.

Ce travail d’identification est mené en partenariat avec le cluster ligérien d’entreprises Neopolia Energies Marines Renouvelables (EMR) et les Chambres de Commerce de d’Industrie (CCI) de Vendée, de Nantes – Saint-Nazaire et des Pays de la Loire. EMYN a notamment recours au portail « CCI Business EnR » qui est utilisé par les donneurs d’ordre de la filière de l’éolien en mer pour diffuser des appels à manifestation d’intérêt.

  • Participer à la montée en compétence des entreprises locales par exemple en favorisant leur mise en relation avec des donneurs d’ordres (à savoir, les responsables du projet ou les fournisseurs de rang 1 qui auront été sélectionnés).

Exemple schématique d’une chaîne d’approvisionnement :

La phase d’exploitation et de maintenance

Pendant toute la phase d’exploitation et maintenance (soit à minima 25 ans), EMYN pourra s’appuyer sur les compétences d’entreprises locales pour divers besoins, par exemple des prestations logistiques ou des travaux subaquatiques. EMYN souhaite donc identifier les entreprises vendéennes qui pourraient prendre part à l’exploitation et la maintenance du futur parc éolien en mer des îles d’Yeu et de Noirmoutier.

La phase d’exploitation et maintenance du parc engendrera également la création de 125 emplois directs répartis entre les iles d’Yeu et de Noirmoutier, non-délocalisables et répartis selon les catégories d’activités suivantes :

  • 60% de techniciens (à terre et en mer)
  • 10% de marins
  • 30% de postes de logistique et d’encadrement

 

Et la formation dans tout ça ?

Pour s’assurer de trouver un personnel disposant des compétences requises pour assurer ces activités d’exploitation et de maintenance du parc, EMYN a signé des partenariats avec l’IUT de Saint-Nazaire et le Greta du Maine.

  • L’IUT de Saint-Nazaire délivre une licence COMO (Chef d’Opération à la Maintenance Offshore)
  • Le Greta du Maine délivre une formation continue de maintenance éolienne.

D’autres structures dans les Pays de la Loire délivrent également des formations initiales post-bac correspondant aux différents métiers de l’exploitation d’un parc éolien en mer :

  • L’Ecole Nationale Supérieure de la Marine de Nantes (ENSMN) a ouvert en septembre 2016 un master DMO (Déploiement de la Maintenance Offshore).
  • Le lycée Saint-François d’Assise à la Roche-sur-Yon a ouvert en septembre 2015 un BTS Maintenance des Systèmes Industriels option éolien.
  • Le lycée Eric Tabarly aux Sables d’Olonne délivre des formations professionnelles (Bac Professionnel) en lien avec la maintenance maritime.

Enfin, EMYN a participé depuis 2014 à différents forums des métiers sur les îles d’Yeu et de Noirmoutier et à la Roche-sur-Yon.

 

Pin It on Pinterest

Share This