Décollage de la filière de l’éolien en mer en France

15/03/2022 | La filière industrielle

Accueil » Décollage de la filière de l’éolien en mer en France

Nous le savons aujourd’hui, l’éolien en mer sera incontournable pour atteindre les objectifs de neutralité carbone de la France à horizon 2050, le gestionnaire français du Réseau de Transport d’Electricité, RTE, l’a rappelé dans son rapport « Futurs énergétiques 2050 » (voir lettre d’information précédente).

©Siemens Gamesa Renewable Energy

Un objectif ambitieux pour la filière française d’ici 2050

Le président de la République française, Emmanuel Macron, a d’autre part fixé des objectifs ambitieux, le 10 février dernier, en annonçant pour objectif d’atteindre une cinquantaine de parcs éoliens en mer à l’horizon 2050, pour une puissance de 40 gigawatts, soit l’équivalent des deux tiers des capacités nucléaires actuelles du pays (en puissance installée). L’éolien en mer posé est aujourd’hui une énergie mature et compétitive, elle est également plus que prometteuse pour l’éolien flottant. L’observatoire des énergies de la mer est revenu dernièrement sur les réalisations et les perspectives de développement de la filière en France, dont nous vous présentons quelques-uns des éléments clés ci-dessous. Si vous souhaitez en savoir plus, retrouvez l’ensemble de ces informations dans une note publiée ici.

Des premiers parcs français créateurs d’emplois locaux

Ainsi, si les années précédentes, la filière de l’éolien en mer en France était dynamisée par l’export, c’est bien la construction des premiers projets nationaux issus de l’appel d’offres n°1 (Saint-Nazaire, Saint-Brieuc, Fécamp, Courseulles-sur-mer) qui porte la filière industrielle française, depuis deux ans. En 2021, les emplois comptent 4 859 ETP (équivalent Temps Plein) dans la filière des énergies marines renouvelables (EMR) dont 3 584 ETP dans l’éolien posé et 918 dans l’éolien flottant.

Pour les Pays-de-la-Loire, les EMR représentent 1 612 emplois tirés par la construction du parc du Banc de Guérande et par la présence à Saint Nazaire de deux usines en pointe de la filière : les Chantiers de l’Atlantique qui produisent les sous-stations électriques offshore et l’usine GE Renewable Energy pour la fabrication de nacelles. La France comptabilisera en 2022 quatre usines dédiées à l’éolien en mer : en plus des deux précédemment citées, Siemens Gamesa Renewable Energy ouvrira les portes de son usine au Havre l’été prochain pour compléter l’offre du territoire normand aux côtés de l’usine LM Wind Power de GE à Cherbourg.

Des opportunités de croissance pour les entreprises françaises

Par ailleurs, les  leaders de l’éolien en mer en France dynamisent tout un écosystème d’entreprises de taille intermédiaire, clusters, PME, start-ups et de R&D qui s’organisent sur le territoire. L’éolien en mer représente un véritable relais de croissance pour les entreprises venant d’autres secteurs puisque 9 entreprises sur 10 intervenant dans la filière aujourd’hui le font dans le cadre d’une diversification de leur activité. D’autre part, tous les types d’emplois sont représentés avec près de 45% des emplois de la filière occupés par des ouvriers et employés et 40% par des ingénieurs.

Et le parc EMYN ?

Le parc EMYN quant à lui arrive aujourd’hui dans une phase d’accélération puisque l’année 2022 verra l’attribution des contrats à nos fournisseurs de rang 1. EMYN reste pleinement engagé pour que les territoires vendéens et ligériens bénéficient des retombées économiques du parc grâce au développement de l’écosystème de la filière éolien en mer.

Nous vous en dirons plus dans les mois à venir !

Pin It on Pinterest

Share This