Focus – De nouvelles études techniques, déployées en mer

25/07/2018 | Le projet, Les actus et l'édito

Dans le cadre de la poursuite du développement du projet, Eoliennes en Mer Iles d’Yeu et de Noirmoutier (EMYN) mène deux campagnes cette année. Une campagne géophysique de cartographie des fonds marins, qui s’est déroulée au mois de juin 2018, et une campagne géotechnique entamée en juin et qui doit se terminer en en août prochain. Ces campagnes visent à améliorer la connaissance des fonds marins de la zone du projet en prévision des travaux d’installation des fondations des éoliennes et des câbles inter-éoliennes.

  • Une campagne géophysique menée en juin :

L’étude géophysique a été menée en juin 2018 en coopération avec le Département des Recherches Archéologiques Subaquatiques et Sous-Marines (DRASSM) afin d’étudier la présence d’objets sous-marins présentant un intérêt archéologique potentiel sur la zone du projet. En fonction des découvertes sous-marines permises par cette étude, le DRASSM pourra réaliser une étude approfondie à l’aide de plongeurs professionnels à l’été 2019.

La cartographie de ces objets permet de les éviter lors des études géotechniques en cours puis lors de la phase de construction du parc éolien en mer.

  • Une campagne géotechnique de juin à août :

La campagne géotechnique se poursuit, elle, après une pause hivernale. Entamée en 2017, elle permettra à EMYN d’améliorer sa connaissance du sous-sol marin sur lequel les éoliennes seront implantées. Les résultats obtenus permettront notamment de dimensionner les fondations des éoliennes, ainsi que d’affiner le parcours des câbles inter-éoliennes.

La campagne globale prévoit une série de 63 forages (pouvant aller jusqu’à environ 50 mètres de profondeur) sur l’emplacement prévu de chacune des 62 éoliennes et du poste électrique en mer. La technique utilisée, le carottage, permet de récupérer des échantillons (carottes) en continu. Ces carottes sont analysées sur les navires mobilisés sur la zone puis de manière plus approfondie en laboratoire, à terre.

La première partie de la campagne géotechnique réalisée à l’été 2017 a donné lieu à la moitié des forages, l’autre moitié étant réalisée cet été 2018 par la même entreprise spécialisée, G-Tec.

La collaboration de l’ensemble des usagers de la mer, et particulièrement des pêcheurs professionnels et du COREPEM des Pays de la Loire, permet le déroulement de la campagne dans de bonnes conditions de cohabitation.

  • La cohabitation en mer pendant les études

Pendant toute la durée des études, la zone du projet reste accessible aux usagers de la mer. Une zone d’exclusion de 500 mètres autour des navires d’études géotechniques a été mise en place par les autorités maritimes afin de maintenir des conditions de sécurité maritime satisfaisantes pour tous les usagers.

Un affichage envoyé aux antennes locales du comité des pêches, aux capitaineries des ports du département, aux mairies des communes littorales du Nord-Ouest vendéen et aux stations SNSM de Vendée a été déployé pour informer les usagers de la mer de la présence des bateaux d’études. Des messages radios VHF sont également diffusés deux fois par jour pour informer les pêcheurs professionnels et autres usagers de la mer de leur position en mer, des prévisions d’avancement de la campagne et pour rappeler les règles de sécurités maritime qui s’appliquent.

Crédits photos : Atlantique Scaphandre

Pin It on Pinterest

Share This