Objectif 3000 MW

La France s’est fixé pour objectif de porter la production d’électricité d’origine renouvelable à 23% de la consommation énergétique en 2020 et d’atteindre 3000 MW d’éolien en mer à cet horizon.
Dans ce cadre, l’Etat a sélectionné des zones propices au développement de l’éolien en mer et lancé des appels d’offres portant sur la construction et l’exploitation des parcs.
Quatre projets de parcs éoliens ont été retenus en 2012 lors d’un premier appel d’offres (Fécamp, Courseulles-sur-Mer, Saint-Brieuc et Saint-Nazaire) pour une puissance installée cumulée de 2000 MW.
Deux projets de parcs supplémentaires, celui des Iles d’Yeu et de Noirmoutier d’une part, de Dieppe-Le Tréport d’autre part, ont été retenus en 2014 à l’issue d’un second appel d’offres.

Carte représentant les lauréats 1er et 2e d'appels d'offres éolien en mer (Îles d’Yeu et de Noirmoutier)

Le potentiel éolien en mer français

Avec 3 500 km de côtes et trois façades maritimes bien orientées, la France dispose du deuxième gisement éolien en mer après le Royaume-Uni. Aujourd’hui ce potentiel n’est pas exploité et les pays européens comme le Danemark, la Belgique, l’Allemagne ou le Royaume-Uni, concentrent à eux seuls 90% de l’éolien en mer en Europe.

Carte représentant le nombre de parcs éoliens opérationnels en mer en Europe (Îles d’Yeu et de Noirmoutier)